Progression à 50 ans dans le marketing

Christine M.  50 ans, directrice marketing.  Du marketing stratégique dans une multinationale au marketing  opérationnel dan une PME, avec un  poste au comité directeur et 15 000 € de plus par an.

Diplômée d’une école de commerce de province, Christine M. a 25 ans  de carrière dans quatre multinationales de grande consommation non  alimentaire (trois américaines, une française). Elle a constamment élargi  son champ de compétences, passant de fonctions de ventes au category  management, puis au marketing opérationnel et au marketing global.

◆◆ Dernier poste occupé     Directrice marketing d’une business unit dans la branche hygiène-beauté d’une multinationale américaine. 115 000 € par an.

◆◆ Contexte familial     Mariée à un consultant en RH, deux enfants, foyer à l’abri du besoin financier.

◆◆ La rupture professionnelle     Christine M. a mal vécu l’arrivée d’un nouveau dirigeant décidé à rationaliser l’organisation de la branche en réduisant le nombre de niveaux hiérarchiques. Ce nouveau changement de patron (le quatrième en cinq ans), ses doutes à l’égard de sa stratégie et sa culture managériale très « top down » ont été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Démotivée, sans réelle possibilité de rebondir du fait d’un certain manque de visibilité à l’interne (malgré de bons résultats), Christine M a préféré quitter l’entreprise.

◆◆ Enjeux du repositionnement     Écœurée par ce qu’elle perçoit comme une forme d’ingratitude de la part de son employeur, Christine M. a d’autant plus de mal à se projeter dans un nouveau poste qu’elle a perdu confance en elle et vit mal le cap de la cinquantaine dans un métier connu pour son jeunisme, avec des milliers de jeunes diplômés sur le marché.

◆◆ Durée de la transition     Quatre mois.

◆◆ Les clés du repositionnement      Christine M. a choisi de concentrer ses recherches sur des entreprises de taille moyenne, susceptibles de lui donner davantage d’autonomie que les multinationales dans lesquelles elle a travaillé par le passé. De plus, alors que les cadres seniors se positionnent plus volontiers sur le marketing stratégique et global, elle a préféré revenir vers le marketing opérationnel. Enfn, elle a soigneusement préparé ses entretiens afn d’être en mesure de montrer sa compréhension stratégique et opérationnelle des enjeux d’un secteur d’activité pourtant nouveau pour elle.

◆◆  Nouveau poste     Directrice marketing et membre du comité directeur d’une PME leader depuis 20 ans sur un marché qu’elle a créé : la vente aux particuliers de produits et services liés à la santé et au confort. Il s’agit d’une création de poste. 130 000 € par an.

◆◆ Le bénéfice pour Christine M.     Elle a gagné en autonomie et travaille désormais en lien direct avec le décideur fnal. Avec la satisfaction de se voir attribuer le mérite de ses initiatives et de ses résultats. Et une rémunération en hausse de 13 %.

Ce qui a fait la différence    La personnalité vive et dynamique de Christine M, son envie de rebondir très vite et ses qualités relationnelles ne lui auraient sans doute pas suffit à faire la différence. Elle a osé se repositionner en visant des fonctions apparemment moins ambitieuses (le marketing opérationnel) mais en proposant une expertise globale. Elle a également su démontrer sa capacité d’adaptation, sa disponibilité et son opérationnalisme quasi immédiats.

Une progression hiérarchique et salariale. Un travail qui a du sens…

Partage d’une expérience réussie d’outplacement (outplacement story 11)